• L'installation

     

    L'installation

    L'installation

    L'installation

    L'installation

    L'installation

    La source, les deux gouttes et la peau du monde

     par François Béchu

    Août 2011

     

    Quelle autre source dans l'homme que celle de la couleur, du son et de la voix qui, cherchant à s’unir, à être ensemble, se distinguent ? Les humains qui s'y trempent le cœur la transforme en poésie qui est peinture, qui est musique, qui est chant de la lettre.

    C'est l'envolée de l'origine au vent d’un souffle plein.

    Ici, nous sommes au plus près de la source, ou du moins dans la mémoire voulue intacte de celle-ci; une mémoire appliquée, une vague lancée debout qui ne s’abat pas vraiment : une ligne, un rail puis deux, une portée, puis, au travers des éclairs et des ratures, des oiseaux de laine - vifs et précis - qui tissent encore des champs de paille bleue et verte en criant de bonheur dans leurs ailes : ils sont libres !

    Quand, par accident, deux Gouttes sortent de cette jubilation -jaillissent ! – c’est pour se suspendre au Rêve et à la Légende sous lesquels le Passant se retrouve aussitôt imprégné de songes.

    Dans Fréquentes fréquences elles s’amusent, les Gouttes, envoyant des reflets, des froissements de nouvelle harmonie qui sont la marque de la peau fine et frissonnante du monde en mutation.

    Qui de la peinture ou de la musique a commencé le premier dans le cocon des rêves ? Quel a été l'ordre des fils qui composent - à partir d’une onde rafraichie - vagues et remous ? Et qu'est ce qui est le plus intense ?

    Les questions se noient car notre cœur poisson de Passant est si heureux d’avoir cette chance de pouvoir plonger là où éternellement, il se sentirait bien. 

     

    L'installation

    L'installation

    L'installation